Free Love

Film américain réalisé par Peter Sollett, sorti en 2015 – Titre original : Freeheld

Laurel, une brillante inspectrice du New Jersey rencontre Stacie et en tombe folle amoureuse. Ensemble elles fondent un foyer mais tout bascule lorsque Laurel découvre qu’elle est atteinte d’un cancer en phase terminale. Afin que Stacie puisse continuer de payer les traites de la maison, Laurel souhaite que sa pension lui revienne, mais la hiérarchie refuse puisqu’elle n’est pas mariée à un homme. Laurel et Stacie n’auront alors de cesse de se battre pour faire valoir leurs droits.

Publicités

Toni Erdmann

Comédie dramatique allemande et autrichienne de Maren Ade (2016)

Quand Ines, femme d’affaire d’une grande société allemande basée à Bucarest, voit son père débarquer sans prévenir, elle ne cache pas son exaspération. Ce père encombrant et dont elle a honte fait tout pour l’aider à retrouver un sens à sa vie en s’inventant un personnage : le facécieux Toni Erdmann…

Unanimement salué par la critique, Toni Erdmann est de ces films qui manient plus que subtilement l’émotion, le rire, l’amour et qui savent nous parler avec sensibilité de ce qu’est la vie. A voir absolument !

 

Moi, Daniel Blake

Drame britannique de Ken Loach (2016) – Titre original : I, Daniel Blake

Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, doit faire appel à l’aide sociale. Au cours de ses rendez-vous réguliers au « job center », Daniel va croiser la route de Rachel, mère célibataire de deux enfants. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives de la Grande-Bretagne d’aujourd’hui, Daniel et Rachel vont tenter de s’entraider.

Palme d’or du festival de Cannes 2016, cette magnifique fresque sociale de Ken Loach dénonce subtilement les impossibilités administratives de la Grande-Bretagne. A l’heure où la solidarité est de plus en plus remise en cause par le système, Moi, Daniel Blake nous montre bien à quel point la pauvreté et la maladie sont devenues sources de culpabilité pour ceux qui en souffrent.

Une Belle Fin

Comédie dramatique britannico-italienne réalisée par Uberto Pasolini (2013) – Titre original : Still Life

John May est un homme solitaire, un brin maniaque, qui fait son travail très consciencieusement. Un peu trop d’ailleurs d’après son patron qui le juge trop lent. Licencié, John May doit néanmoins remplir sa dernière mission : trouver des personnes qui assisteraient à l’enterrement d’un certain Wiliam Stoke. Car c’est cela le travail de John May, s’assurer que les morts partent avec un minimum de personnes autour d’eux. Au cours de ses recherches, il fait son maximum et croise la douce Mary. En cours de route, il se pose lui même des questions sur sa place sur cette Terre…

Uberto Pasolini est surtout connu pour avoir été le ­producteur de The Full Monty. Changement de registre avec ce portrait d’un anti-héros attachant, le film montre une réelle empathie pour l’humain et dénonce l’isolement social de notre société.

une-belle-fin

Worker$

Comédie dramatique de José Luis Valle (2013)

D’un côté Rafael, balayeur depuis 30 ans dans une fabrique d’ampoules électriques, apprend qu’il ne touchera aucune pension car il est immigrant non déclaré. De l’autre, Lidia, employée de maison aux petits soins pour une vieille dame fortuné qui n’a d’yeux que pour son chien. Séparés depuis des années, ils se sont perdus de vue. Pourtant, leurs vies demeurent intimement entrelacées par la monotonie hypnotique de leur travail et par le souvenir de leur enfant disparu.

Drôle et touchant, ce film propose une image acérée de la société mexicaine, pleine d’ironie et d’absurdité. Grâce à une mise en scène extrêmement précise, José Luis Valle nous présente ici un film à l’atmosphère toute particulière, presque hypnotique et visuellement fascinant, dont les ressorts comiques sont aussi hilarants qu’inattendus.

workers

Pride

Comédie dramatique britannique de Matthew Warchus (2014)

Été 1984. Alors que la grève des mineurs bat son plein, malgré la pression du gouvernement Thatcher, un nouveau groupe de soutien – pas tout à fait prévu au programme – se déclare « Les Gays & Lesbiennes supportent les mineurs » ! L’Union National des Mineurs est plutôt embarrassée mais le groupe d’activistes décide de ne rien lâcher et d’aller directement sur place au Pays de Galles pour apporter leur aide en personne aux familles des mineurs. Ainsi débute l’histoire extraordinaire de deux communautés que tout oppose et qui vont s’unir pour défendre la même cause.

Tiré d’une histoire vraie, cette chronique débordante d’énergie vous fera découvrir un événement étonnant et passionnant de la grande grève des mineurs de 1984. Une comédie décalée et cinglante comme seuls les anglais savent faire !

Pride

The Office (US)

Série télévisée américaine en 201 épisodes de 22 minutes créée par Ricky Gervais et Stephen Merchant, créateurs de la série britannique éponyme, diffusée entre 2005 et 2013 sur le réseau NBC aux États-Unis.

Cette série met en scène le quotidien des employés de bureau d’une société de vente de papier, Dunder Mifflin, à Scranton en Pennsylvanie et de leur fantasque responsable, Michael Scott, dont le rôle est tenu par Steve Carell. Il s’agit de la même trame que la série originale britannique du même nom : The Office.

The Office est une comédie se présentant sous la forme d’un faux documentaire. Le principe moteur de la série est qu’une équipe de tournage a décidé de filmer l’entreprise de vente de papier Dunder Mifflin et ses employés, dans la ville de Scranton (Pennsylvanie), apparemment 24 heures sur 24.
La présence de la caméra est connue des personnages, en particulier Michael Scott, qui participe avec enthousiasme au tournage et essaie de se mettre en valeur (ce qui s’avère en général contre-productif), ou Jim Halpert qui lui adresse fréquemment des regards et des commentaires amusés ou désabusés. D’autres, par exemple Jan Levinson, sont souvent irrités ou mal à l’aise avec cette présence.
L’action de chaque épisode est ponctuée d’entretiens avec les personnages, en tête-à-tête avec la caméra sur le mode de la confession, à propos des événements de la journée. Occasionnellement, deux personnages sont présents en même temps à l’entretien ou l’entretien d’un personnage est interrompue par un autre.
Parfois, la caméra est impliquée dans le déroulement de l’intrigue. Dans les premiers épisodes, l’équipe de tournage semble confiné à l’espace du bureau (The Office), mais peu à peu, la caméra est de plus en plus intrusive dans la vie privée des personnages, y compris chez eux ou lors des entretiens d’embauche, et dévoile au spectateur des relations censées demeurer secrètes. Les conversations intimes sont souvent filmées à travers des portes entrebâillées ou les fenêtres. Par ailleurs, le personnage de Michael semble à plusieurs reprises porter un micro cravate, ce qui permet d’entendre les conversations en huis-clos.

the_office

Saisons 1 & 2 disponibles au Centre de Ressources (Campus Beaulieu).