Votez Mc Kay (The Candidate)

Film américain réalisé par Michael Ritchie, sorti en 1972, avec dans le rôle principal Robert Redford – Titre original : The Candidate

Au cours des élections sénatoriales en Californie s’affrontent deux conceptions de la politique, l’idéalisme d’un jeune débutant dans la politique et le cynisme d’un politicien d’expérience.

Un spécialiste des élections, Lucas, en l’absence de personnalités adéquates dans le camp Démocrate, se tourne vers le fils d’un ancien gouverneur, McKay, pour affronter le sénateur sortant, Jarmon, du Parti Républicain. Pensant Jarmon imbattable, Lucas laisse McKay faire campagne librement, pour simplement subir une défaite honorable. La campagne débute mal : les salles où McKay doit parler sont vides, des personnes l’insultent ou l’agressent, McKay et son directeur de campagne s’affrontent durement, mais peu à peu, le caractère novateur de la campagne de McKay le fait remonter dans les sondages pour finalement l’emporter. Le soir de la victoire, le père du jeune élu, ancien gouverneur, dit à son fils interloqué : « Tu es un politicien, maintenant ! » Puis, McKay se tourne vers Lucas pour lui dire : « et maintenant, que fait-t-on ? »

Ce film résume bien l’organisation d’une campagne électorale aux USA, avec la mobilisation permanente de l’équipe de campagne, l’importance donnée à l’argent et aux médias télévisuels, qui dominent par rapport au débat d’idées. Le mythe Kennedy, encore très fort en 1972, est très présent dans le personnage de McKay. Le principal acteur, Robert Redford, qui incarne le candidat McKay, prend habituellement clairement parti pour le Parti Démocrate.

Publicités

Show me a Hero

Mini-série américaine créée par David Simon et réalisée par Paul Haggis, diffusée en 2015

Adaptation du livre éponyme de Lisa Belkin (inédit en français), cette mini-série suit le combat de Nick Wasicsko (joué par Oscar Isaac), jeune maire de la ville de Yonkers, près de New York, à la fin des années 80. Contraint par la justice, il dut faire construire des logements sociaux dans une zone essentiellement peuplée par une classe moyenne blanche violemment opposée au projet. Son combat, désespéré, absurde, terrifiant mais nécessaire, finira mal, comme le prédit la citation de Francis Scott Fitzgerald qui inspire le titre du livre et de la minisérie – « Montrez-moi un héros, et je vous écrirai une tragédie. »

Œuvre biographique tirée d’événements réels, Show me a hero sert, en creux d’un récit choral fait de trajectoires intimes, à revenir aux origines de la réflexion de David Simon sur la ville aux Etats-Unis, l’échec de ses systèmes politique, judiciaire et éducatif. Elle raconte la multiplication des ghettos, dans un pays où la peur de l’autre et les notions de confort et de propriété pèsent sur tout espoir de justice sociale, d’équité, de partage, et montre l’aveuglement d’une minorité bruyante face aux besoins de laissés-pour-compte déjà enfermés dans un cercle de misère et de criminalité – celui-là même si puissamment mis en scène dans The Wire.

L’homme aux mille visages

Film espagnol réalisé par Alberto Rodríguez, sorti en 2016 – Titre original : El hombre de las mil caras

En tant qu’agent des services secrets espagnols, Francisco Paesa est responsable d’une des plus importantes opérations contre l’ETA. Il est impliqué dans une extorsion de fond en pleine crise touchant les GAL, et doit quitter le pays. A son retour, il reçoit la visite du directeur général de la Guardia Civil Luis Roldán et de sa femme qui lui demandent de cacher un milliard de pesetas.

Le film a obtenu deux prix Goya et quatre médailles du Círculo de Escritores Cinematográficos. Il est basé sur le livre Paesa, el espía de las mil caras (L’espion aux mille visages) du journaliste d’investigation Manuel Cerdán. Les principaux personnages et l’intrigue sont issus de fait réels.

Jackie

Film biographique franco-américano-chilien réalisé par Pablo Larraín (2016)

Jackie Kennedy accorde une interview à un journaliste quelques années après la mort violente de son époux John Fitzgerald Kennedy, assassiné le 22 novembre 1963 à Dallas. Pour l’ex-First Lady, c’est l’occasion de relater les quelques jours qui ont suivis ces heures funestes. Par exemple, en dépit des mesures de sécurité considérables prises par l’équipe du président Lyndon B. Johnson, elle demande à accompagner le cercueil de son mari jusqu’au bout. Robert Kennedy, très proche de son frère et dont les rapports sont tendus avec le nouveau président, lui apporte son soutien indéfectible…

Dans ses yeux

Drame argentin de Juan José Campanella (2010) – Titre original : El secreto de sus ojos

1974, Buenos Aires. Benjamin Esposito enquête sur le meurtre violent d’une jeune femme. 25 ans plus tard, il décide d’écrire un roman basé sur cette affaire « classée » dont il a été témoin et protagoniste. Ce travail d’écriture le ramène à ce meurtre qui l’obsède depuis tant d’années mais également à l’amour qu’il portait alors à sa collègue de travail. Benjamin replonge ainsi dans cette période sombre de l’Argentine où l’ambiance était étouffante et les apparences trompeuses…

Film d’atmosphère étouffant, Dans ses yeux joue avec les genres, passe aisément de l’enquête policière à la comédie, du thriller politique au mélodrame…

Buenos Aires 1977

Thriller argentin d’Israel Adrián Caetano (2007) – Titre original : Crónica de una fuga

Interdit aux moins de 12 ans

120 jours. 4 prisonniers. 1 seule chance de s’échapper.
Buenos Aires, 1977. Des matons au service du gouvernement militaire argentin font irruption chez Claudio Tamburrini, un jeune gardien de but. Après une série d’accusations sans fondement, et un bref et violent interrogatoire, il est amené de force à la « Maison Seré », un centre clandestin de détention.
Dans cette maison du cauchemar, sans loi, ni logique, où des jeunes tentent de survivre en attendant que se décide leur destin, Claudio vit l’enfer. Comment résister aux interrogatoires, à la torture ? Comment ne pas donner des noms, livrer des innocents ? Comment rester un être humain ?
Guillermo, un autre détenu, lui parle d’évasion. L’idée est impensable, impossible, mais c’est leur seul espoir. Après une tentative ratée, ils préparent leur fuite.
Tiré d’une histoire vraie, le film d’Israel Adrián Caetano rend un réel hommage aux victimes de la dictature argentine.

Les années Obama

Série documentaire américaine de Norma Percy (2016) – Titre original : Inside Obama’s White House

« Les années Obama », la monumentale série documentaire en quatre volets de Norma Percy, permet, sinon de tracer un portrait définitif, du moins de dresser un bilan presque exhaustif. Tout en respectant une chronologie d’ensemble, chaque volet épuise une thématique : le choc de la crise économique et financière de 2008 tout d’abord ; la laborieuse et haletante adoption de l’Obamacare, une réforme du système d’assurance-maladie destinée à réintégrer les plus de 40 millions d’Américains n’ayant accès à aucune couverture ; la politique étrangère à l’épreuve du choc des révolutions arabes ; et enfin les promesses et espoirs de réformes non tenus sur les questions de société (contrôle des armes, régularisation des immigrés, lutte contre les violences policières et la discrimination raciale).